La base de données

 
Retour à la liste
Assaut final Porte de Vincennes
Description Imprimer
 
 
 

Numéro de notice VID705789_FR

Titre : Assaut final Porte de Vincennes

Date : 2015-01-09

Genre : Information

Mot clé : MC : IMAGES; France; Paris; Vincennes; terrorisme
Lieux : France; Paris

Résumé
Une déflagration, deux, trois, quatre, de la fumée noire, des tirs... Le camion de la BRI se positionne devant l'Hyper Cacher porte de Vincennes avec derrière lui des dizaines de policiers alors que d'autres attaquent le côté du magasin: l'assaut est lancé. Il est 17H10. IMAGES. ((FULL HD ZOOME))

Séquences
SHOTLISTPARIS, FRANCE, LE 9 JANVIER 2015, SOURCE AFPTV(Jri: Gabrielle Chatelain)IMAGES: 02:33Images de l'assaut final Porte de Vincennes ((qualité full HD zoomée)=====================================DEPECHE AFPattentat-médias-enquête-Charlie-Hebdo-religion-judaïsme,PREV Quatre déflagrations, des tirs... Il est 17H10, l'assaut est lancé Porte de Vincennes (REPORTAGE) Par Gabrielle CHATELAIN, Stéphane JOURDAIN et Clément ZAMPA =(INFOGRAPHIE+PHOTO+VIDEO)= PARIS, 9 jan 2015 (AFP) - Une déflagration, deux, trois, quatre, de la fumée noire, des tirs... Le camion de la BRI se positionne devant l'Hyper Cacher porte de Vincennes avec derrière lui des dizaines de policiers alors que d'autres attaquent le côté du magasin: l'assaut est lancé. Il est 17H10. En quelques poignées de secondes, les forces de l'ordre pénètrent là où Amedy Coulibaly retient plusieurs otages. Très vite des policiers ressortent avec des civils qu'ils abritent dans un premier temps derrière le camion de la BRI (brigade de recherche et d'intervention) avant de les emmener vers les ambulances du SAMU et des pompiers qui stationnent à quelques mètres de là, gyrophares allumés. Un homme porte un enfant dans ses bras. Casqués et cagoulés, les policiers soutiennent une jeune femme blonde. Un autre emmène sur son épaule une dame qui a encore son sac à main en bandoulière. Un homme aux cheveux blancs et habillé d'une chemise bleue avance, un peu hagard. Il est sorti du magasin en courant en même temps que la dame au sac. Les ambulances se succèdent. Une ambulance du Smur et une ambulance des pompiers s'approchent du magasin casher. Un brancard est sorti. La lumière a été rétablie à l'intérieur du magasin. L'assaut a été entendu à au moins deux kilomètres à la ronde. A Vincennes, lorsque les explosions retentissent, une petite fille demande ce que c'est à sa maman qui la ramenait de l'école. "Je ne sais pas et je ne veux pas le savoir", répond la mère affolée, qui presse les enfants dans le hall de l'immeuble. La nuit commence à tomber. Une tente de premiers secours a été dressée non loin de là. Autour d'un parc, à proximité des lieux, des dizaines de policiers sont déployés. Arme automatique en main et oeil dans le viseur, ils ratissent le parc en passant par les côtés. Tendus et sur le qui-vive, ils fouillent énergiquement deux civils. Des riverains sortent, pensant que l'assaut est fini, et font face à des policiers qui les mettent en joue, les fouillent et leur intiment l'ordre de rentrer chez eux. - Peu à peu la vie reprend - ---------------------------- La porte coulissante en verre de la boutique où a eu lieu la prise d'otages est complètement brisée, des chariots jonchent le sol. Une journaliste de l'AFP aperçoit un corps allongé à côté de la caisse. Virginie Handani, 35 ans, vivant dans un appartement au-dessus du supermarché, ne peut pas décrire l'opération car elle a respecté les consigne de rester à l'intérieur de chez elle, elle a entendu "deux grosses explosions et des tirs qui ont duré moins d'une minute". Elle a ensuite jeté un oeil et décrit une "scène dramatique" et des "policiers qui courent dans tous les sens". Peu à peu la vie reprend, les habitants apparaissent aux fenêtres, toujours un téléphone à la main. D'autres sortent de chez eux. Les gens qui habitent dans la zone bouclée ont pu rentrer chez eux, mais sous escorte. "Marchez bien le long du mur", leur lance un policier. Des habitants, une trentaine, ont suivi l'assaut derrière un fil de sécurité, en s'échangeant leurs informations. L'un d'eux, qui avait la télévision sur son téléphone portable, a poussé le son au maximum. Plusieurs personnes ont acclamé les forces de l'ordre quand la nouvelle de la fin de l'opération a été connue. Les forces de police, de nouveau détendues, blaguent et se congratulent. Une heure après l'attaque, le métro est toutefois toujours fermé et l'avenue de la porte de Vincennes toujours bloquée. Dans une rue du périmètre de la prise d'otage, deux policiers, en gilet pare-balles, une lampe dans une main, un pistolet dans l'autre, arrêtent brièvement chaque véhicule et vérifient qui est à l'intérieur. Les habitants qui sont restés confinés toute la journée devant la télé sortent de chez eux, telles Dominique, sa fille Marion et sa petite-fille en poussette. Elle se disent soulagées mais inquiètes qu'un nouvel attentat ait lieu dimanche à Paris lors de la manif où elles comptent quand même se rendre. bur-kap/at/bw//FIN

Source AFPTV

Format MPEG4

Son Sonore

Version internationale

Liste des matériels

Référence matérielFormat matérielTCinTCout
VID705789_FR.mp400:00:00:0000:00:00:00
VID705789_FR_vis.mp4MPEG400:00:00:0000:02:33:00